Et de dix: vive 2019 !
Dix ans déjà que l'on tient le blog de Castafiore. Une très belle année à vous qui nous suivez amicalement !

Rien à voir avec l'Ile noire de Tintin (qui est en Ecosse), Castafiore est amarrée dans une marina tout au sud  de Lanzarote, à Playa Blanca. L'hiver est doux mais venté et l'eau très fraiche n'incite à la baignade que les Anglais.

Lanzarote est une île fascinante, déchiquetée par la violence des entrailles de la terre mises à vif par le feu volcanique, puis pétrifiées. Les champs de lave noire éructée lors des explosions de basalte sont ponctués de bombes volcaniques colorées d'incroyables couleurs, jaune soufre, incarnat, rose. Les cônes arrondis des cratères par leur ligne douce en forme de sein féminin contrastent avec cette âpreté minérale.

Parc national des volcans de Timanfaya
Parc national des volcans de Timanfaya
Parc national des volcans de Timanfaya
Parc national des volcans de Timanfaya
Parc national des volcans de Timanfaya
Parc national des volcans de Timanfaya
Parc national des volcans de Timanfaya
Parc national des volcans de Timanfaya

Parc national des volcans de Timanfaya

Pages de mon carnet
Pages de mon carnet
Pages de mon carnet
Pages de mon carnet

Pages de mon carnet

L'extraordinaire patrimoine naturel reste magnifiquement protégé par la création d'un Parc National interdisant toutes constructions et accès motorisé dans la région des volcans.

Un enfant du pays, l'artiste génial César Manrique a joué un rôle important dans les années 70 en contraignant les promoteurs à respecter le style de l'habitat canarien d'origine. Le résultat est séduisant, pas de constructions de plus de trois étages même dans les stations balnéaires. C'est un réel exploit en Espagne.

Habitat rural
Habitat rural
Habitat rural

Habitat rural

Pages de mon carnet de bord
Pages de mon carnet de bord
Pages de mon carnet de bord

Pages de mon carnet de bord

Il faut prendre le temps de trottiner sur les sentiers caillouteux pour se pénétrer de la rude beauté de ces paysages sauvages et de ces côtes inhospitalières re-découvertes par le normand Jean de Béthencourt au XVème siècle (il y avait des habitants berbères sur l'île que maladies et christianisation ont fait disparaître)

A l'intérieur des terres,  les fermes blanches, cubiques, s'aperçoivent de loin sur la lave noire, comme un jeu d'enfant éparpillé.

Beaucoup d'habitants des îles canariennes ont émigré en Amérique Latine, chassés par la famine. La plupart de ceux qui sont restés travaillent pour le tourisme balnéaire. Quelques uns s'accrochent toujours à leur village pour cultiver leur maigre champ.

Peu de végétation sur cette terre ingrate, seuls poussent les figuiers de Barbarie, l'aloe vera et la vigne. Il y a d'excellents vins charpentés par le soleil à Lanzarote. La cave de Castafiore a fait son plein de Malvoisie, Syrah, Listan Negro et d'un délicieux crémant au goût de noisettes grillées. Les ceps sont plantés individuellement dans un creux de sable noir protégé des vents alizés par un muret de pierres sèches disposé en arc de cercle. 

Vignes et champ d'aloe vera
Vignes et champ d'aloe vera
Vignes et champ d'aloe vera
Vignes et champ d'aloe vera

Vignes et champ d'aloe vera

Notre prochaine étape sera Fuerteventura, l'île voisine, différente de Lanzarote tout en étant aussi aride.

Cette île bien connue des surfeurs séduit par ses plages ourlées de dunes de sable blond, venu tout droit du Sahara si proche (le Cap Juby est à moins de 100 km). Le nombre de migrants clandestins a baissé après un accord entre Maroc et Espagne. Lanzarote et Fuerteventura sont à une frontière du monde.

CAPITO CAPITAINE

Une fois la péninsule hispanique contournée depuis Sète en cabotage tranquille l'été dernier, 6 jours furent nécessaires pour aller plein ouest de Lisbonne vers les Açores mystérieuses, contre le vent. Quelques mois après, 5 jours ont suffi pour rallier Funchal à Madère, depuis la petite île charmante de Santa Maria. Enfin, en 3 jours de navigation au portant, Lanzarote, l’île la plus au nord de l’archipel des Canaries, se dévoila. 

Les retrouvailles de l’Atlantique par Castafiore ont donc été douces. 

 

Comment s’annonce 2019 ? Par une étonnante surprise.

Alors que nous devrions naviguer en ce moment entre le tropique et l’équateur, cap sur Cuba, nous nous préparons à passer une partie de l’année entre les sept îles canariennes (Lanzarote, Fuerteventura, Gran Canaria, Tenerife, La Gomera, El Hierro et La Palma) avant l’archipel du Cap-Vert. 

Notre programme a été chamboulé par la technocratie… américaine. Diantre !

 

Quand revient la saison des cyclones dans les Caraïbes (de juin à novembre), il est prudent de s’en éloigner. Du reste, les compagnies d’assurance l’imposent. Une fois à Cuba, nous avions en tête de remonter la côte-est des Etats-Unis pour réaliser le joli rêve d'apercevoir la statue de la Liberté à la voile. Sauf que.

 

Malgré moult coups de téléphone et mails, impossible de trouver la moindre compagnie européenne pour assurer un voilier aux USA. Pourquoi ? Parce que le pouvoir des avocats est devenu tel dans ce pays sur-procédurier que la moindre rayure sur un bateau états-unien peut se transformer en rachat d’un bateau neuf. Etonnant. Les compagnies ont dû subir quelques revers de cette nature avant de jeter l’éponge. Comme bien sûr il est impossible de s’enregistrer dans un port sans assurance du bateau, le dilemme est parfait. Adieu le projet de passer en 2019 l'été aux Etats-Unis. Suggérons aux gilets jaunes de s'exporter en terre amérindienne pour faire bouger les rentes procédurières des gens de loi...

 

Si on traverse malgré tout, une fois le mois de mai arrivé à Cuba, deux solutions s’offrent : partir en Amérique centrale vers le Guatemala (qui est hors zone cyclonique), ou revenir en Europe par les Açores. L’option Québec est délicate: il faudrait alors quitter les eaux canadiennes au plus tard en octobre (retour de l'hiver) alors que la saison reste cyclonique aux Bahamas.

Naviguer est quasiment un métier !

 

Dans l'attente de résoudre cette équation de contraires, nous avons décidé de passer l’été aux Canaries pour en découvrir tous les charmes, d’île en île. 

Ici, il fait presque toujours beau, du vent et pas de cyclones. Puisque nous sommes en Europe, les vols sont réguliers pour revenir en France facilement. Bah, nous aurons le temps de perfectionner notre espagnol avant de reprendre la route vers Cuba en novembre prochain.

 

Sinon, tout va bien à bord, avec les petites pannes habituelles. En ce moment c’est le moteur du frigo principal qui est hors service. Que pasa ? Oh, rien de grave. Son méat coule pas.

Castafiore à la marina de Rubicon

Castafiore à la marina de Rubicon

Retour à l'accueil